Comment préserver ses cultures ?

Par Produits BIO



En tant qu’agriculteur, vous vous trouvez parfois face à des situations extrêmement délicates qui rendent votre travail particulièrement difficile. Les épisodes de canicule et de sécheresse, les gelées et les grands froids peuvent mettre à mal vos cultures et créer des déséquilibres au sein de la biodiversité de vos champs.

Voici quelques conseils pour préserver vos cultures et les aider à s’épanouir sereinement quels que soient les événements. 





Utiliser des herbicides


Les herbicides sont beaucoup utilisés dans le monde agricole. Il en existe deux sortes, les herbicides totaux et les herbicides sélectifs. Les premiers endommagent la plupart des plantes présentes sans distinction. Les seconds permettent d’éliminer les mauvaises herbes indésirables aussi appelées adventices avant qu’elles ne prennent trop de place. Ils se classent en plusieurs catégories. Les défanants vont détruire la partie supérieure et aérienne de la plante et s’utilisent surtout dans la culture de betteraves ou de pommes de terre. Les anti-germes empêchent la formation de nouveaux germes.

Les silvicides quant à eux sont moins utilisés en agriculture et concernent les plantes forestières et le processus de régénération. Lors de leur utilisation, pensez à bien vous protéger avec une tenue appropriée. Leur efficacité et le choix du produit se fera en fonction de la nature de vos plants, de leur croissance, de la perméabilité des feuilles, du climat, mais aussi en fonction du mode de pénétration de l’herbicide dans la plante, de la vaporisation mise en place entre autres critères.

Penser aux fongicides


Les fongicides sont des produits phytosanitaires visant à détruire les champignons présents sur certaines cultures. Ils sont notamment utilisés lors d’épidémies de mildiou qui ravagent parfois certaines vignes. On distingue les fongicides de contact et les fongicides systémiques. Les premiers s’attaquent aux réactions enzymatiques à l’origine de la production d’énergie des champignons. Dévitalisés, ils n’ont d’autre choix que de succomber. Parmi ces fongicides, on trouve le soufre, mais aussi des métaux comme le cuivre et les produits soufrés comme les carbamates. Les moins dangereux parmi cette dernière catégorie se trouvent être les dithiocarbamates qui ne présentent aucune phytotoxicité pour l’homme.

Les seconds regroupent les inhibiteurs de la succinate déshydrogénase. Ces produits sont largement décriés et leur utilisation en grande quantité provoque des souches de champignons résistants. Ensuite, on trouve également dans cette catégorie de produits agricoles les dérivés des carbamates qui vont quant à eux dégrader le fonctionnement des cellules et empêcher la division cellulaire et nucléaire des champignons de sorte que leurs cellules ne peuvent plus se renouveler.

Ils sont assez spécifiques, mais n’agissent pas sur les invasions d’oïdiums ou de cercospora. Enfin, on note les inhibiteurs de la synthèse des stérols ou IBS qui agissent sur le fonctionnement des enzymes des stérols. Ils limitent et perturbent la création et l’activité des membranes cellulaires des champignons ce qui les détruit. En utilisant des fongicides, vos cultures seront bien portantes quoi qu’il arrive.

Ne pas oublier les insecticides


Là encore on note plusieurs sortes d’insecticides. Ils comprennent de nombreuses familles synthétiques parmi lesquelles la famille des organochlorés, des organophosphorés, des carbamates, mais également les pyréthrinoïdes de synthèse, les néonicotinoïdes, les sulfones et sulfonates, les formamidines et les benzoylurées et bien d’autres encore. On en trouve également d’origine naturelle comme le géraniol, la quassine, la nicotine ou les rotéones. Mieux vaut les appliquer par temps humide, mais sans pluie pendant ou après le traitement.

Évitez autant que possible le temps trop ensoleillé pour limiter l’évaporation des gouttelettes pulvérisées ainsi que le vent qui pourrait les emporter et les répandre ailleurs. L’idéal est de l’utiliser durant la nuit afin de préserver les abeilles qui boivent la rosée du matin, cela évite aussi que le produit soit inactivé par l’action du soleil ce qui est le cas pour certains insecticides. Pour bien choisir votre insecticide, tout dépend de la nature de vos plants, de leur étape de croissance, mais aussi bien sûr du type d’insectes auxquels vous avez affaire. Le traitement ne sera pas le même en fonction qu’il s’agisse de cochenille, de chenille, de sauterelles ou d’autre chose.

Le recours aux anti-nuisibles


Certains produits sont très efficaces pour chasser les nuisibles qui viennent piller illégalement les ressources de vos plantations. Il en existe des spécifiques contre les invertébrés aussi appelés molluscicides ou hellicides capables de défendre vos cultures contre les escargots ou les limaces notamment. D’autres encore vous permettront de repousser les gibiers comme les sangliers qui viennent parfois rôder autour des cultures en campagne et contre certains oiseaux. L’odeur et les caractéristiques de ces répulsifs ne leur donneront pas envie de s’approcher de vos cultures.

Mettre en place des adjuvants et régulateurs


Pour protéger aux mieux vos plantations et futures récoltes, rien de mieux que d’utiliser un adjuvant. Homologués, ces produits ne sont pas à proprement parler des produits phytosanitaires, mais ils ont une action bien réelle. Ils s’utilisent en complément de vos fongicides, herbicides ou insecticides et viennent renforcer leur efficacité. Ils seront plus ou moins probants selon le type de culture, leur composition chimique. Les régulateurs quant à eux sont des produits visant à réguler la croissance de la plante.

Il en existe plusieurs selon leurs spécificités. Certains vont lutter contre la verse des cultures céréalières ou du colza et moutarde, ainsi, les plants ne seront pas couchés au sol ce qui crée bien souvent des pertes de récoltes. D’autres empêchent les pommes de terre de continuer à pousser lorsqu’elles sont au calibre voulu pour enclencher la récolte. Vous pouvez également répandre des produits de croissance qui favoriseront la résistance de la plante et sa longévité.

Agrivoltaïsme : Quand l’agriculture et l’énergie solaire se conjuguent pour un avenir durable

L’agriculture et l’énergie solaire, deux secteurs clés pour un avenir durable, ont longtemps été considérés comme distincts l’un de l’autre. Cependant, une approche innovante appelée…

Quels sont les critères de choix d’une tenue de travail agricole 

A chaque activité professionnelle, une tenue de travail adaptée. Ainsi, pour exercer le métier d’agriculteur, il faudra choisir une tenue de travail en fonction des…

couvaison des œufs de poule

Comment bien réussir la couvaison des œufs de poule ?

Comprendre le processus de couvaison chez les poules Comment bien réussir la couvaison des œufs de poule ? La couvaison est le processus par lequel…

Produits BIO